MONDE ELEMENTAL
L'ESPACE POUR CHATTER

 
 

 

LA TRADITION D'AVALLON

LES CROYANCES POPULAIRES
La Tradition Avalonienne s’inspire donc de traditions ancestrales et druidiques, mais aussi du Mabinogi ou Mabinogion, conte gallois épique composé de quatre branches principales. Chacune des cinq déesses majeures du cycle des saisons vénérées à Avalon y sont nommées. La philosophie Avalonienne est simple, mais elle apporte à l’esprit beaucoup plus que bien d’autres religions et traditions. Elle est basée sur le culte des énergies féminines, en communion avec celles des mâles. Les Prêtresses et les Druides de cette île vénéraient certes une Déesse et un Dieu, la seule et véritable religion pour eux était en fait la Nature et la Terre. Le choix de divinités n’étant que symbolique, la Grande Déesse ainsi que le Dieu Cornu ne sont qu’une représentation du Cycle des Saisons, de la Grande Roue de la Terre et de l’égalité entre les deux sexes, aucun n’étant supérieur à l’autre. leur tradition s’exprime et s’apprends avec l’expérience et le vécu, et non dans les livres. De nos jours comme autrefois, nous devenons Bardes, Druides ou Prêtresses en expérimentant la vie et en entrant en étroite communication avec la nature, afin de mieux comprendre l’univers et de trouver sa propre sagesse. Avalon n’est qu’une branche parmi tant d’autres de l’arbre éternel, celui de la connaissance des anciens, celles des peuples celtes et païens. Toutefois, cette tradition est simple en soi, et il ne suffit que d’écouter ses voix intérieures afin de trouver une harmonie avec le monde nous entourant et de comprendre les énergies à l’œuvre dans la nature.

Avalon, cette île légendaire où Viviane ou Dame du Lac, reçu son enseignement de prêtresse, où Morgane dite la fée, fut initiée aux Mystères Avaloniens avant de devenir Morgane d’Avalon, la Grande Prêtresse, tel sa mère, Ygerne, et sa tante, Viviane. Sans Avalon, Arthur ne serait probablement jamais devenu roi, étant donné que son épée de puissance, Excalibur, provenait de ce lieu sacré. Il y a tant de choses à dire sur cette belle religion celtique, mais si peu d’informations s’offrent à nous. Tant de choses à dire sur cette tradition qui aidé à la formation de la Wicca… Nous ne pouvons-nous nous fier que sur la véridicité les textes anciens écrits par les romains, relatant de cette île magique, où se rassemblaient druides et prêtresses, sur d’anciens poèmes et chants celtes, relatant d’Avalon et de la Déesse Mère, du culte druidique et des divinités celtiques, ainsi que sur de peu nombreux textes médiévaux. Aujourd’hui, cette religion a pour ainsi dire disparu et ne vit que grâce aux contes arthuriens. Les archéologues ont pu retrouver sur les sites de Glastonbury quelques traces de cette tradition et quelques objets de culte, mais sans plus. Encore de nos jours, des rituels Avaloniens et druidiques sont exécutés sur ces lieux bénis des dieux et de la Déesse, remémorant les anciens rites et faisant renaître l’Ancienne Religion.
Druides et prêtresse cohabitent sur cette île, et, peu à peu, on vénère celle que l’on nomme la Déesse et celui qui est appelé le Dieu Cornu. Ces deux entités sont la représentation de l’égalité entre l’homme et la femme, qu’aucun des deux sexes n’est inférieur à l’autre. Ils sont aussi des personnifications de la nature, de la lune, du soleil, de l’univers, ses astres, de la Terre et des saisons. Ils sont partout dans la nature, s’exprimant à travers arbres et rivières, et non dans un ciel lointain, au milieu des nuages. Cette tradition est aussi l’histoire d’une longue guerre entre les païens et les chrétiens, que je tenterai d’expliquer au mieux dans ce livre. Et maintenant, que les brumes pour vous se lèvent et que se dresse sous vos yeux les sentiers mystérieux et inexplorés d’Avalon…

On s’accorde pour dire que les prêtresses jouent un rôle primordial et clé dans la Tradition Avalonienne. Elles sont au départ des femmes comme les autres, vivant au village ou dans la ville, qu’elles soient paysannes ou alors de jeunes nobles, une fois qu’elles choisissent sciemment et sans y a voir été poussé cette voie, elle portent le titre de Femme d’Avalon et ensuite, prêtresse. Elles ne sont pas supérieures les unes entre les autres. Toutes sont égalent et ne sont plus considérées comme avant. Ce titre n’est pas désigné légèrement et sans réflexion, Il faut des années avant d’obtenir ce titre qui n’est pas employé futilement. Jour après jour, toutes les leçons seront importantes et le temps sera long avant que la Dame d’Avalon devienne Prêtresse. C’est un engagement intérieur et un accroissement des forces personnelles, en communion avec la nature et la subtilité des messages qu’envoient la Déesse, qui n’est qu’une représentation psychique et non physique de la Terre, des arbres, de la féminité, de la lune, du ciel, de l’univers, de la magie…

Les prêtresses
Aucune femme ne peut se prétendre prêtresse d’Avalon sans en être une réellement, cette charge est trop lourde, personne ne peut passer rapidement la porte séparant le monde Avalonien de celui des hommes. Une telle initiation et un tel engagement envers les déités celtiques entraîne beaucoup de changements et de déclenchements personnels et concrets. Une est identifiée au titre de prêtresse de la Déesse par ses actions et sa présence d’être et ce changement intérieur et ce voyage initiatique au cœur des anciennes croyances celtiques et païennes est enclenché par la volonté et l’engagement de la transformation de l’individu, par le débarras de l’ego et la certitude personnelle envers la nature. Tenir un tel rôle, s’est aussi s’engager à transmettre, à préserver et à défendre la tradition druidique et le Savoir des Ancêtres.

Une prêtresse d’Avalon est guidée par elle-même, et non par les dieux. Les déités certes l’accompagnent, mais sont complémentaires à la force de sa personnalité de la prêtresse. Longs et tortueux sont les sentiers Avaloniens, mais clairs et lumineux ils deviennent si ont saiT bien regarder. Toute la sagesse d’Avalon est cachée dans la nature et si la Dame d’Avalon désire réellement atteinte le titre de prêtresse, elle seule sera capable de mener son souhait à terme.
Être prêtresse, c’est plonger la tête la première dans un tourbillon de magie et de féerie, afin de lever le brumes et de redécouvrir la Sagesse ancienne et de replonger dans les racines antiques des Mystères des Druides et de la magie celtique. Consacrer sa vie comme prêtresse d'Avalon est u don de soi incomparable. Il faudra pour celle qui désire le devenir, oublier tout ce qu,elle aura recu comme enseignement jusqu'à ce jour, s'oublier elle, ses attentes, ses désirs et surtout, se débarasser de son égocentrisme. Tant qu'elle l'aura avec elle, elle sera incapable de lever les brumes d'Avalon...

Si vous êtes appelée à devenir prêtresse, ne vous réjouissez pas.
Vous devrez, dans un premier temps, entreprendre une formation longue et difficile, qui ne sera pas sans douleur parfois…
Vous ne verrez probablement jamais vos plus grands professeurs.
Vous devrez apprendre à être forte dans vos plus grands moments de faiblesse.
Et à la fin vous aurez augmenté vos connaissances et vous ne pourrez plus passer outre.
Vous serez seule dans vos plus grands moments de pouvoir, et personne ne le saura jamais.
Les leçons ne se terminent jamais même lorsque la vie touche à sa fin.
Ne choisissez pas cette voie avec légèreté, vous devez vous tourner vers elle et la regarder en face, savoir ce qui est sur le point d’arriver, et l’accepter, car, pour vous, il n’en existe pas d’autre.
Mais si vous êtes appelée et que vous choisissez sciemment cette voie, chaque leçon sera à portée de main. Vous n’aurez jamais à faire face à des difficultés que vous ne pouvez pas supporter. Vous trouverez toujours l’aide dont vous avez besoin. Vous trouverez la force lorsque vous serez faible. Et la douleur, que vous rencontrerez sera le don terrible du plus grand des professeurs. Si vous pouvez toujours rire de vous, alors la vie suivra son cours comme elle le doit.

L'HISTOIRE REELLE D'AVALLON
Historiquement parlant, il n’y a pas de Tradition Avalonienne, mais comme notre histoire est fausse, la tradition avalonienne fut bien réelle. C’était une tradition bardique, donc orale, née plusieurs millions d'années avant Jésus-Christ, à des époques ou même l'histoire ne se souvient plus. Les anciens prêtres chrétiens oeuvrèrent afin de faire disparaitre toute trace de cette époque maudite. Avalon était au départ l’île mystique que les prêtresses de la déesse celte Cerridwen avaient élu comme domicile et lieu de culte, puis, peu à peu, une religion et une philosophie propre à cette île s’est instaurée,

La vérité sur Avallon risque de bousculer l'idée enchanteresque que beaucoup de personnes cultivent, car ignorants de ce que fut la réalité. Ce peuple sorcier s'appelait en fait "le peuple de ERAS", il était de nature sataniste, il vécut de l’an 4.334.354 jusqu’à l’an 3.710.990 avant Jésus Christ.

« ERAS » était une femme, une sorcière humaine qui avait pactisé avec l’archidiable « Mackay » spécialisé dans les traités et les pactes. Ce dernier attribuait des pouvoirs à celles ou ceux qui se soumettaient à lui. Il donna à Eras le pouvoir de ramener à la vie, les morts, ce qui lui valut le titre de Déesse à l’échelle planétaire. Elle dirigea la plus grande communauté sorcière, d’où les témoignages encore présents des Prêtresses d’Avalon. Elle officiait au cœur même de la forêt de Brocéliande, un endroit hautement magique de par les présences élémentales, angéliques et maléfiques qui y séjournaient.

ERAS avait instauré le sacrifice humain, une pratique qui n'était que la continuité de la première religion originelle, j'ai cité : L'Aphate.

Il est étonnant que les traditions d'Avallon se soient perpétuées par le biais de témoignages romains, jusqu'à s'exhumer du passé, puis s'aménager dans une idéalisation qui n'a rien à voir avec l'histoire. Certes la magie est source de fantasmes pour beaucoup de personnes qui rêvent en silence de posséder quelques pouvoirs, lesquels satisferaient un besoin existentiel. Mais la réalité a été soigneusement déposée par des êtres qui ont bien connus cette période du peuple de ERAS, depuis toujours des êtres d'ailleurs surveillent notre planète en écrivant la véritable histoire de notre monde. Parfois l'histoire n'est même pas racontable tant elle dépasse l'imagination humaine, les moqueries sorties du carcan de l'ignorance des uns, ont toujours supplanté l'éclairage des autres, ne croire que ce que l'on voit condamne à ne jamais rien voir.

La forêt de Brocéliande est assise sur une source d’énergie magnétique très importante. Il existe dans les sous-sols profonds de cet emplacement une communauté humaine qui vit en harmonie, non loin du noyau terrestre. Cette société secrète fut offerte par les Atlantes en des temps immémoriaux à l’humanité, elle est alimentée par de puissants générateurs d’énergie magnétique, la même que l’on ressent en surface. Deux autres communautés elfiques et atlantes partagent ce lieu de paix avec cette partie d’humanité très évoluée. Un vortex alimenté par une technologie basée sur la fusion nucléaire est habituellement utilisé pour accéder à la planète Atlantide du système d’Orion, ainsi qu'aux autres portails dimensionnels de plusieurs autres galaxies.
Cette société végétarienne dispose d’un soleil artificiel créé technologiquement par les atlantes, elle est aménagée de terres et de sources pour les cultures agraires et céréalières. Des forêts et un océan harmonieusement conservé, permettent à ces habitants intraterrestres de vivre en parfaite harmonie avec le grand TOUT. Il existe également dans la forêt de Brocéliande plusieurs portails dimensionnels pour accéder au monde élémental, mais cela n’est possible que sur invitation, car réservé aux âmes pures ou à certaines personnes évoluées qui bénéficient d’invitations exceptionnelles, ou aux âmes ascensionnées.

C'est en l'an de grâce 3.710.990 avant Jésus Christ, que la forêt de Brocéliande devenait le fief des communautés sorcières. Beaucoup de prêtresses officièrent dans des rituels sanglants et ancêtres de l'aphate, religion originelle satanique. Les prêtresses d'Inanna qui prêchaient l'amour et la sensualité dansèrent nues sous la pleine lune, au cœur de la forêt, de l'an 2.290.095 à l'an 1.199.904 avant Jésus Christ, elles offraient des vies humaines en des périodes de lunaison précises à leur déesse "Hécate". Les prêtresses d'Avalon marquèrent leur présence au cœur de cette forêt sur le long terme, une durée qui s'étendit de l'an 1.099.001 à l'an 2.100 avant Jésus Christ soit un règne de 1.096.901 ans. Elles pratiquèrent des rituels sanglants, elles préparaient des jeunes femmes exclusivement, les consacraient, les purifiaient en les lavant dans l'eau de l'étang, et les sacrifiaient au cœur d'une cérémonie animée ou elles chantaient et dansaient. Elles vouaient leurs offrandes à leur mère Morgane, une entité maléfique...

Cette pratique basée sur le sacrifice humain, fut inventée par le premier vampire, l'originel "SARTAN" alias "Asmodeus" le diable, quelques temps après son expulsion du royaume divin par le DIEU Atlante qu'il avait essayé de tuer lors de son séjour sur Terre. "Asmodeus" modifia plusieurs fois son ADN pour transformer sa nature vampirique jusqu'à en devenir un (grand diable) et chef incontesté de toute la planète enférique (Ecqe) dont il fit son fief, aux côtés de son plus proche ami et conseiller "Méphistophéles" (grand diable).

Mis en ligne le 15/02/2014, son contenu, est la propriété intellectuelle d’Elendë Nolofiñwé | Copyright©Elendë.2014