MONDE ELEMENTAL
L'ESPACE POUR CHATTER

 

 

 LES QUATRE ELEMENTS
Les quatre Eléments fondamentaux de la matière, en ésotérisme occidental du moins, sont la Terre, l’Eau, le Feu, et l’Air. Le cinquième Elément, l’Ether. La science pour sa part, n’a retenu que trois états de la matière qui sont pourtant les pendants des Eléments: solide, liquide, et gaz, avec “oubli” de l’état igné.
Il faut bien comprendre que si nous connaissons très bien chacun des quatre premiers, ils ne sont en revanche qu’un aspect des Eléments FONDAMENTAUX qui portent leur nom. Le feu par exemple, de la flamme de la bougie à l’incendie, n’est qu’une forme très atténuée du FEU universel, idem pour les quatre autres Eléments. Pour continuer avec cet exemple, le feu de nos briquets, des bombes, des volcans (celui-ci en revanche se partage la vedette avec la terre pour former la lave), ou tout autre type d’incandescence, n’est que la forme la plus condensée, la plus grossière de l’Elément universel “Feu”. La forme la plus subtile que nous lui connaissions dans notre monde, outre l’électricité, est celle de la lumière, même la lumière organique, dite à raison “lumière froide” (donc sans aucune émission de chaleur), produite par certaines bactéries propres aux insectes luisants par exemple. 

Une exception est toutefois à signaler, c’est le “feu” du soleil, des étoiles en général (je dis bien des étoiles comme le soleil, et non des planètes comme la Terre, la différence est énorme même si elles brillent toutes de la même manière dans le ciel). Le soleil, même s’il est visiblement incandescent, condense en lui et de façon intimement mêlés, LES CINQ ELEMENTS de la matière, vous pourrez en juger par vous-même lorsque nous aurons vu par quoi se distingue exactement un “Elément”. C’est pour cela que des étoiles naissent toutes formes de vie; elles sont comme des œufs contenant en germes toutes les formes possibles de manifestations animées ou inanimées, et qui se développent, ou non, en fonction des conditions qui s’y prêtent. C’est pourquoi les scientifiques sont parvenus à finalement attribuer au cœur du soleil, le quatrième état de la matière (solides, liquides, gaz,… et le cœur du Soleil)! Il existe d’ailleurs une maxime qui dit ceci: “De deux choses, l’une. L’autre, c’est le soleil“. Cette phrase, en apparence sans grande signification, est la signification la plus condensée que je connaisse concernant l’importance fondamentale des étoiles dans le processus de vie de l’univers. Le soleil, en ce qui nous concerne, est un résumé de toutes les probabilités d’existence. Pas étonnant qu’il ait été déifié durant des millénaires. Sans compter qu’outre le fait qu’il soit doté d’une conscience en bonne et due forme, les entités qui vivent dans la sphère solaire sont tout à fait différentes de toutes les autres…. Mais ceci est une autre histoire.

Prenons un exemple encore plus parlant, celui de l’eau. L’eau minérale, le brouillard ou l’océan sont aussi les formes les plus condensées de l’élément Eau. Mais la forme la plus subtile que nous en connaissions sur Terre est le magnétisme. Surprenant non? Un ruisseau ou un champ magnétique généré par des aimants ont en essence la même identité élémentaire; en fait il s’agit, énergétiquement, de la même chose. On pourrait en dire autant pour le magnétisme humain, cette énergie exploitée par les magnétiseurs et rebouteux qui opèrent grâce à cette aptitude à extérioriser leur magnétisme, alors que cette propriété nous est commune à tous mais que la plupart des gens n’ont seulement jamais pensé à la travailler puis à la développer. L’intervention du magnétisme humain (dit à tort “animal”) est prépondérante dans le phénomène de charge magique, considéré dans une autre page de ce site, et conformément aux illustres enseignements du Baron du POTET, malheureusement devenus aujourd’hui introuvables (ou presque…!).

Encore une allusion à ce sujet. Jésus disait “de votre cœur s’écouleront des sources d’eaux vives“. Le “cœur”, à l’époque, désignait ce que nous appelons aujourd’hui “le plexus solaire” (muscle transversal sous les côtes, que l’on appelle aussi “diaphragme”, siège du troisième chakra en partant du bas -le “Manipura”, en connexion avec le plan astral, et siège des émotions, mais aussi en connexion avec la sphère solaire, du moins sa projection en l’homme). Les “sources d’eaux vives” font ici allusion à la puissance du fluide magnétique propre à tout être qui se purifie intérieurement et approche d’autant de l’Illumination spirituelle; la centrale énergétique du corps humain étant ce “plexus solaire”…! Le Christ étant d’ailleurs lui-même très souvent considéré comme une émanation SOLAIRE (le plan de conscience de l’aspect christique de l’Absolu étant celui propre à la sphère solaire).

LES PROPRIETES DES ELEMENTS DE LA MATIERE
Les quatre éléments. Voici résumé ce qui caractérise chaque Elément et le défini par rapport aux autres, et par rapport aux articulations mécaniques de la génération universelle et cosmique. Notez bien qu’il s’agit de schémas imagés, destinés à approcher chacune de leur propre identité, indescriptibles dans leur essence profonde car nous toucherions alors au ferment même de la Création elle-même. Il faut également noter qu’à de rares exceptions près, les cinq éléments sont TOUJOURS et invariablement présents ensemble, mais à des degrés très différents (lumière froide d’un côté, eau chaude de l’autre…), où l’un ou deux d’entre eux dominent très nettement alors que les autres n’existent qu’à l’état de traces, ou alors de façon équilibrée. 

------| LE FEU - - »  
------| L'EAU --» 
------| L'AIR --» 
------| LA TERRE --» 
------| L'ETHER - - » 

 LE FEU : A cet élément sont propres la dilatation, l’expansion, la transformation par répulsion. Il est expansion, chaleur, et lumière. Tout ce qui correspond à ce comportement ou s’y approche est empreint de l’élément Feu. On peut associer à cet élément la croissance d’un enfant par exemple. Quiconque dilapide son argent, perd son temps en fêtes interminables, témoigne notamment d’un déséquilibre élémentaire au sein de son psychisme, où l’élément Feu est en état de saturation par rapport aux autres; on pourrait dire très justement que cette personne “brûle” sa vie, et que si ces conditions de vie sont maintenues jusqu’à terme, il mourra donc forcément prématurément par rapport à la durée de vie qui lui était initialement destinée. Les défauts et qualités typiques à l’élément igné sont ceux-ci (entre autres) : l’emportement, la jalousie, la haine, la vengeance, la colère, les passions sexuelles, et l’enthousiasme, la résolution, la hardiesse, le courage, etc. De tels exemples pourraient également être donnés pour les maladies par exemple. Une évidence s’impose: tout procède des quatre éléments.  

 L’EAU  : A cet élément sont propres les caractéristiques exactement opposées comme la condensation, la rétention, la concentration, la transformation par accumulation. L’Eau est froideur et obscurité. Pour prendre le contre-pied de l’exemple donné pour le Feu on dira à l’inverse que quelqu’un de particulièrement avare, introverti, timide ou renfermé, fait preuve du déséquilibre inverse, dans la saturation psychique de l’élément Eau. Ce n’est pas pour autant que cette personne vivra plus longtemps que son temps en considérant ce cas comme inverse au déséquilibre igné qui raccourcit le temps de vie. Tout déséquilibre a cet effet sur la longévité, tout excès quel qu’il soit a malheureusement cette propriété.
Les défauts et qualités en rapport avec l’Eau sont parmi les suivants: indifférence, flegme, insensibilité, condescendance, négligence, timidité, inconstance, mais aussi modestie, sobriété, ferveur, tranquillité, pardon, délicatesse, etc.  

 L’AIR  : Cet élément en revanche n’est pas aussi caractéristique que les deux autres qui forment le réel couple de la bipolarité élémentaire. L’Air est au contraire un élément médiateur entre l’Eau et le Feu, permettant la circulation des énergies entre eux deux, et leur mutuelle cohésion lorsqu’ils sont en présence l’un de l’autre. Il tempère également les excès du Feu et de l’Eau, violents par nature considérés isolément. L’Air serait donc, grâce à eux dans lequel ils se diluent, tiédeur et humidité ; deux termes qui, pour les horticulteurs, sont synonymes de fécondité, de génération, et de luxuriance! Vous aurez donc compris le rôle fondamental de l’élément Air dans la Création sans lequel nulle vie ne serait possible. Le bavardage, la vantardise, la distraction, la dissipation, l’inconstance, mais aussi l’application, la joie, l’habileté, la cordialité, l’optimisme, sont propres à l’Air. Cependant sa vertu symbolique mais cardinale serait très certainement la quatorzième lame du Tarot de Marseille : LA TEMPERANCE.  

 LA TERRE  : De la même façon que l’Air, la Terre est hors du contexte véritablement bipolaire de l’alliance Eau – Feu. Si l’Air a le rôle du médiateur, la Terre a celui du réceptacle. Ce sont en effet l’Eau et le Feu, tempérés par l’Air, qui trouve dans l’élément Terre le milieu qui leur permet de se stabiliser, d’acquérir une forme, mais aussi les limitations qui lui sont indissociables; notamment celles de l’espace et du temps. On pourrait dire que l’Eau apporte à un objet sa masse et donc sa dureté, sa nature condensée, le Feu son volume, l’Air, la stabilité de sa masse et de son volume (sa masse volumique en fait), et la Terre, son existence finale, son identité. Faites varier l’un ou l’autre des éléments de façon conséquente et ces règles changeront. Faites chauffer un cube de métal à haute température, il se liquéfiera (l’augmentation de l’élément Feu finira par modifier sa forme)! La Terre est initialement l’élément le plus facile à se représenter mais il est finalement le plus difficile à appréhender. Rien ne ressemble moins à l’élément Terre qu’un peu de terre, alors que, dans des conditions normales, rien ne ressemble plus à l’élément Feu, que du feu.Les attitudes typiquement liées à la Terre sont la paresse, la déloyauté, la lourdeur, la mélancolie, l’irrégularité, mais aussi l’estime, la persévérance, la rigueur, la profondeur (opposée à la superficialité), la tempérance (à ne pas confondre avec la 14è lame du Tarot mentionnée ci-dessus, mais plutôt en tant que synonyme de stabilité et de régularité dans le comportement, opposées au caractère dit “lunatique” -de “lune” = élément eau), la ponctualité, le sens des responsabilités.  

 L’ETHER  : Elément transcendant tous les autres qui en sont issus, l’éther recèle de nombreux aspects. Il est le plus subtil de tous et pourtant le plus proche de la matière dense (il en est en fait le support électromagnétique, l’armature énergétique). Il est l’origine des quatre autres mais il les contient tous entièrement bien qu’en affinité particulière avec l’eau en tant que “fluide” comme lui. Une entité élémentaire éthérique est structurellement et spirituelle beaucoup plus aboutie que n’importe quelle autre entité élémentaire qui a généralement accès à la matière mais pouvant être doté d’un corps de matière susceptible de pouvoir se subtiliser (certaines sirènes particulièrement évoluées en sont capables -et sur deux jambes!). L’éther est le dénominateur commun entre la Terre, l’Eau, le Feu, et l’Air, et en transcende toutes les particularités (il transcende l’espace et le temps, la forme, et les raisons d’être). En Inde on l’appelle “Akasha”. C’est de ce terme qu’est tiré le nom de “annales akashiques”, répertoire cosmique au sein duquel les traces réputées indélébiles des événements passés et présents demeurent incrustées, et susceptibles d’être consultées. Voyez comment, en magie psychique, pour laquelle est prépondérante la maîtrise des éléments, celle de la Quintessence, le cinquième, l’Ether, permet au magicien de se rendre physiquement et de façon instantanée d’un lieu à un autre distant même de plusieurs milliers de kilomètres. Dans l’Ether se meut également la conscience des choses, et à l’origine de toutes les consciences de la Création.   

Mis en ligne le 15/02/2014, son contenu, est la propriété intellectuelle d’Elendë Nolofiñwé | Copyright©Elendë.2014