Ah la la la, cher Uranus, il m’en aura donné du fil à retordre celui là ! Comment vouloir caractériser l’incaractérisable… Comment en retrouver sa trace dans la nature. Impossible à enfermer dans une boite, c’est comme vouloir attraper le vent ou saisir une onde électromagnétique !

Toutes les plantes incarnent pleinement ce qu’elles sont. Il existe une telle profusion d’espèces et de variétés. Toutes les formes les plus hétéroclites se côtoient, se mélangent, cohabitent. Elles sont toutes originales, mais certaines plus que d’autres ! Lorsqu’elles témoignent de cette touche uranienne, elles sortent du lot, fantasques dans leurs formes ou dans leurs couleurs. Elles assument leurs différences, brisant routine et monotonie, elles rehaussent de leur présence le milieu dans lequel elles se développent. En voici quelques unes :

La Pulsatille alpine appelé aussi l’herbe aux vents…

Il s’agit bien de la même plante. Une vénusienne uranienne ! 

La matière médicale homéopathique témoigne de ses vertus sur le système nerveux central et neuro-végétatif, donc sur le psychisme.

le Muscari à toupet

Le Hêtre

Difficile de résister à l’homonymie propre à la langue des oiseaux entre Hêtre et Être…

Difficile aussi de ne pas y voir un Maître…

Je crois que ce qui suit vient de Patrice Bouchardon

Je n’aurais pas pu mieux dire :

« Le hêtre est un arbre imposant. Son tronc droit, en forme de puissante colonne peut s’élever jusqu’à 45 m. Il pousse avec une grande vigueur et se montre très résistant. Il dégage de la force empreinte de sérénité, d’assurance et de stabilité. Ses racines s’étalent mais ne s’enfoncent pas en profondeur, comme si il n’avait nul besoin de s’accrocher à la terre, mais que sa stabilité provient de sa propre force.

Le hêtre n’est jamais envahi, ni par le lierre ni par le gui. Sous une hêtraie, pas de ronces, tout au plus quelques fougères clairsemées. La sérénité et la force qui s’en dégagent dissuadent les envahisseurs potentiels.

Par contre, cet arbre peut très bien se développer à l’abri d’autres espèces : les autres ne l’empêchent pas de manifester ce qu’il est.
Cette aptitude à éloigner les envahisseurs s’exprime également dans la créosote, un goudron qui provient de son bois, découvert en 1832 par Reichenbah et qui est connu comme un antiseptique puissant.
Rien ne peut venir troubler cette sérénité. On retrouve cette notion d’assurance et de confiance dans la nature de son bois qui est dur et solide mais difficile à travailler. D’ailleurs, on ne peut pas lui faire prendre une forme qui n’est pas la sienne.
La force du hêtre provient de son assurance, de la sérénité qui s’en dégage, sans lutte. Nous devons apprendre à devenir puissant comme lui : pour cela, nous devons contacter la source de notre force intérieure qui peut nous aider à affronter chaque situation de la vie avec calme et assurance.

Dans certaine version de la légende, c’est l’arbre qui portait la toison d’or (dans d’autre c’est sur un chêne)… ‘On a suggéré que les oracles du chêne auraient été introduits en Grèce par les Achéens (indo-européen): à l’origine c’était le Hêtre qu’ils auraient consulté, comme le feront les Francs mais, ne trouvant pas de de Hêtre en Grèce, ils auraient transféré leur allégeance au chêne (qu’ils appeleront phégos proche du nom latin du hêtre fagus). in Les Mythes Celtes. C’est un arbre qui nous plongent dans un grand silence ou qui se révèlent être une véritable autoroute d’informations…

(Source http://reve-de-terre.over-blog.com/categorie-10710715.html)

J’ai bien aimé cette phrase trouvé à plusieurs endroits sur la toile, difficile d’en retrouver la source : Le hêtre aide à se voir plus positivement et à trouver de la confiance, il limite la perméabilité aux émotions des autres et apporte le calme nécessaire pour aborder le tourbillon de la vie.