Stimule l’ancrage, incarne la force yang. Se poser à l’intérieur de soi, dans sa terre intérieure, y puiser la force, la détermination. Ils aident à contacter une force vive, à se laisser traverser par elle. Prendre sa place, sans peur, sans honte simplement parce que la vie le demande. Pousse à l’action, à se positionner, aide à la prise de décisions.

Si la ronce ne conquiert pas son territoire, la vie ne peut se développer en dessous d’elle.

Le geste des plantes martiennes part d’un fort enracinement, d’un retour constant à la terre, comme la ronce qui fait des stolons et finit dans un jaillissement de feu : pollens, épines, odeurs. On y trouve la solidité de la lignification. Un feu souvent intense la parcourt, marqué par la couleur rouge. Tel l’ortie, ces plantes sont bien souvent riche en fer le métal martien par excellence !

Oui, ce sont des plantes qui peuvent déranger ! Elles prennent leur place, conquièrent leur territoire, elles affirment leur présence par leur piquants, leurs odeurs fortes. Rarement discrètes, elles ont des trésors de vitalité. Tenaces, difficiles à déloger mais tellement précieuses pour nos systèmes immunitaires. Ici pas de tiédeur, ni de demi-mesure. Une présence pleine et entière !

Notre première visite, sera donc inévitablement celle du chêne… Quels mots nous viennent à l’esprit lorsque l’on évoque le chêne ? Fort, solide, robuste. C’est un archétype à lui tout seul ! L’arbre des druides d’antan. Une abondante littérature lui est consacré, comment présenter ce colosse ? De manière martienne bien sur, en peu de mot, en action : aller à sa rencontre et sentir son ancrage !

On trouve la signature de mars dans l’épaisseur de son écorce, sa solide lignification. Le feu dans son élévation, l’amertume de ses bourgeons, la lumière de ses feuilles.

Certaines de ses propriétés médicinales confirment ces observations et son action martienne. C’est en effet un grand tonique, un stimulant général, il contient des cortisones-like. Antiseptique, fébrifuge et remède de l’impuissance. Un grand restructurant par le calcium qu’il contient.

C’est une présence chaleureuse qui redonne force et confiance, auprès de laquelle il fait si bon s’adosser.

La racine hébraïque du chêne (אַלּוֹן)  renvoie à l’idée de Divinité (Allah). Diviniser et surtout les verbes renforcer et fortifier.